Accéder au contenu principal

Episode 10 : le Tibet (2eme partie)

Pour cette seconde partie du récit de mon voyage au Tibet, je vous présente le Potala (ci-dessus). Construit pour le 5e dalaï-lama, de 1645 à 1694, le Potala fut le lieu de résidence principal des dalaï-lamas. Les Tibétains vénèrent les dalaï-lamas comme des dieux chargés de la représentation et de la protection du Tibet et du peuple tibétain. Ce "château de Versailles du Tibet", de sacrées dimensions, possède également une dimension sacrée, car bien que n’étant pas un temple, c'est ici que résidaient les dalaï-lamas jusqu'à la fuite du 14e dalaï-lama en Inde en 1959. Il comporte encore de nombreux objets, souvenirs et documents, ... et de nombreux pèlerins font des offrandes devant ses autels. Cette vénération se reporte donc tout naturellement sur le Potala en l'absence de son propriétaire.


Que dire devant le comportement de certains visiteurs du Potala, touristes étrangers ou chinois, soldats, qui ne respectent absolument pas les lieux ? Dans tous les lieux importants du bouddhisme, il faut montrer du respect, se comporter dignement, se découvrir la tête, ne pas prendre en photos certaines statues (c'est écrit juste à côté généralement) et enfin, on tourne toujours dans le sens des aiguilles d'une montre (c'est le parikrama : lors de la circumambulation, on doit toujours avoir la statue, le sanctuaire, le monastère, la montagne, ... à main droite). Vous le devinez, j'ai vu des visiteurs à casquette ou képi sur la tête, mâcher un chewing-gum, fumer et photographier, rire aux éclats, le tout dans le mauvais sens. Ignorance ou provocation ?
Sur la photo ci-dessus, les pèlerins tournent tous dans le même sens autour du temple du Jokhang à Lhassa. Le parcours des 4 rues qui encerclent en carré ce temple porte un nom, c'est le Barkhor (non, pas le bardcore, rien à voir, quoique... selon Pékin, le bouddhisme c'est un obscurantisme médiéval).


Sur le Barkhor, encore plus que dans le reste de la ville, la police veille et surveille.

Voici ce qu'il faut savoir sur l'organisation du bouddhisme tibétain  et ses 3 lamas les plus connus (merci Wikipedia) :

  • le dalaï-lama : titre signifiant « océan de sagesse ». Le dalaï-lama était le principal dirigeant politique du régime théocratique tibétain jusqu'à ce que la Chine envahisse le Tibet en 1950. Les dalaï-lamas sont considérés comme les manifestations du bodhisattva de la compassion. Ils constituent une lignée de tulkus (maîtres réincarnés). Au décès d'un dalaï-lama, ses moines commencent une recherche de sa réincarnation. Le dalaï-lama, détenteur de l'autorité temporelle, est le chef spirituel de l'ensemble des écoles bouddhistes tibétaines.
  • le panchen-lama : Panchen se traduit par « grand érudit ». Lama signifie « maître spirituel ». Le panchen lama est considéré comme une émanation du Bouddha Amitabha (« de lumière infinie »). C'est le deuxième chef spirituel du bouddhisme tibétain, après le dalaï-lama.
  • le Karmapa : en sanskrit « la manifestation de l'activité de tous les Bouddhas », est le titre du chef des Karma Kagyu, l'une des quatre écoles majeures du bouddhisme tibétain.
Le dalaï-lama, comme déjà indiqué, vit en exil en Inde. La désignation du Karmapa a fait l'objet d'une controverse, mais plus tard, pas en 1995. Ainsi que vous l'avez compris, je vais donc vous parler du panchen-lama. Petit retour en arrière (source Wikipedia encore) :
Le 28 janvier 1989, le 10e panchen-lama meurt subitement à l’âge de 50 ans. Les médecins chinois diagnostiquent une crise cardiaque. Le gouvernement tibétain en exil affirme qu'il a été empoisonné par le gouvernement chinois quelques jours après son discours public critiquant la politique chinoise et affirmant sa loyauté envers le dalaï-lama.
Après sa mort, le Parti communiste chinois chargea Chadrel Rinpoché, responsable du monastère de Tashilhunpo (situé à Shigatsé, ce monastère est le siège traditionnel des panchen-lamas) de trouver la réincarnation du panchen-lama. Le dalaï-lama et les autorités tibétaines commencèrent à organiser les recherches de leur côté suivant les traditions tibétaines. Au Tibet, Chadrel Rinpoché retint trois enfants aux qualités remarquables, dont le petit Gendhun Choekyi Nyima, fils de nomades tibétains. Lors de l'examen, Gendhun reconnut sans hésiter les biens du défunt lama. Il avait d'ailleurs déclaré à ses parents : « Je suis le panchen-lama, mon monastère est le Tashilhunpo. ». Le 14 mai 1995, ce jeune garçon de six ans fut désigné par Chadrel Rinpoché et par le dalaï-lama comme étant le 11e panchen-lama.

Les pèlerins brûlent de l’encens devant le temple du Jokhang 

Trois jours après sa désignation, Gendhun Choekyi Nyima et ses parents disparurent et furent placés dans un lieu tenu secret jusqu'à ce jour. Le même jour Chadrel Rinpoché fut arrêté et emprisonné pour avoir informé le dalaï-lama, il a été libéré en 2002 et placé en résidence surveillée dans un camp militaire près de Lhassa, puis il est mort en 2011, victime d'un empoisonnement selon le gouvernement tibétain en exil. La disparition de l'enfant à l'âge de six ans, souvent qualifiée d'enlèvement par les pro-tibétains, fit de lui « le plus jeune prisonnier politique du monde ». La Chine a démenti avoir détenu Gendhun et sa famille durant plus d'une année. Le 28 mai 1996, son cas fut examiné par le Comité des droits de l'enfant de l'ONU, et les autorités chinoises admirent pour la première fois avoir « pris l'enfant pour sa sécurité ». Un ambassadeur chinois déclara au Comité : « puisque les séparatistes cherchaient à enlever l’enfant, ses parents se sont inquiétés pour sa sécurité et ont demandé la protection du gouvernement chinois, qui leur a été fournie. L’enfant habite avec ses parents dans de bonnes conditions ».

Des fagots entiers de branches odorantes sont jetés dans les brasiers

Je ne me souviens plus ce qui nous a décidé, mais toujours est-il que Dona et moi quittons Lhassa dans le but de visiter Gyangzê et Shigatsé. Les routes sont surveillées, plus que d'habitude. Il y a des contrôles routiers avant et après chaque ville, et toujours ces immenses convois de camions de l'armée chinoise. Comme il y a peu de routes, impossible d'y échapper, à moins de faire le chemin à pied à travers les montagnes... Pour être honnête, il ne nous a pas été dit officiellement que nous ne pouvions pas voyager vers ces villes, mais cependant de nombreux chauffeurs refusent tout simplement de nous prendre à bord, de peur sans doute d'avoir des problèmes avec la police. Je me souviens d'un voyage où nous nous sommes retrouvés au fond d'un bus rempli uniquement de Tibétains, cachés sous les bagages et les peaux de yack (très odorantes), nous avons ainsi réussi à passer au travers des nombreux barrages. A Gyangzê, rien de spécial à signaler. Par contre, dès notre arrivée à Shigatsé, nous comprenons qu'il se passe quelque chose d’inhabituel. Nous apprenons que le gouvernement chinois va faire introniser le panchen-lama au monastère de Tashilhunpo, ou plutôt SON panchen-lama. Car, non seulement ils ont kidnappé le panchen-lama reconnu par le dalaï-lama, mais en plus ils en ont désigné un nouveau : Gyancain Norbu, alors âgé de 5 ans et demi. Son père et sa mère sont membres du parti communiste chinois depuis 1977... Voila donc que le parti communiste chinois, qui a toujours traité le bouddhisme comme une superstition archaïque dangereuse et contre-révolutionnaire, se met soudainement à en désigner les représentants. Depuis son accession au trône, ce panchen-lama a passé la plupart de son temps à Pékin à étudier le bouddhisme - car il est bien connu qu'on ne peut pas étudier ça dans un vieux monastère millénaire rempli de manuscrits et de moines...

En ce début décembre 1995, les rues de Shigatsé sont étrangement calmes et désertes, les portes sont closes. Les Tibétains, d'habitude si souriants, ont perdu leur bonne humeur. Les militaires chinois sont par contre partout visibles. Une sorte de couvre-feu règne en ville. Devinant ce qui se prépare, je décide de partir plutôt que d'assister à ce triste spectacle. Peut-être aurais-je dû rester ? Je n'aurais sans doute pas traîné longtemps, sachant que les Chinois n'aiment guère les photographes lors d’événements sensibles. Aurais-je aussi eu cet étrange pouvoir qu'ont les Tibétains de supporter les pires choses sans s’énerver ? J'en doute. Quoi qu'il en soit, je suis parti aux premières lueurs du jour, avant que la situation ne soit complètement bloquée.
Par contre, Dona est restée. Dans une lettre, elle m'a ensuite raconté cette journée d'intronisation du panchen-lama (je cite de mémoire, je n'ai pas la lettre sous les yeux). Elle a réussi à passer inaperçue, déguisée en Tibétaine, avec l'aide d'une famille particulièrement courageuse. Les militaires sont venus dans chaque maison de la ville, et ont obligé tous les habitants à venir "accueillir" le nouveau panchen-lama, dans la joie et la bonne humeur (un canon de fusil dans le dos). La presse officielle a pu faire de belles photos, et tout le monde est content, il n'y a pas eu le moindre incident.

Les pèlerins font la queue pour entrer dans le temple du Jokhang

En rentrant à Lhassa, j'interroge les gens sur ce panchen-lama, ce qu'ils en pensent. Pas un seul n'a été dupe. Ils me répondent : "this boy is not the panchen-lama, it's the pupet lama". La marionnette de Pékin. Franchement dégoûté par l'ambiance devenue morose, je quitte peu après le Tibet, et poursuis mon voyage vers Chengdu (province du Sichuan, à découvrir dans le prochain épisode).
En 2010 les autorités chinoises firent la déclaration suivante à propos de Gendhun Choekyi Nyima : « Ce garçon est une victime. Lui et sa famille ne veulent pas être dérangés et souhaitent mener une vie ordinaire ». Toujours est-il que jamais personne, ni religieux tibétains, ni représentants de gouvernements étrangers, ni du Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU, n'a jamais revu l'enfant devenu grand. Une récompense est même offerte à toute personne fournissant une information permettant d'entrer en contact avec lui. Je ne sais pas pour vous, mais moi je trouve cette histoire tout simplement ... Accablante ? Ahurissante ? Choquante ? Délirante ? Révoltante ? ...

J'aime beaucoup cette photo prise sur le Barkhor, et ce geste spontané de ce jeune garçon, quasiment du même âge que Gendhun. Je précise, au cas où ce ne serait pas évident pour vous, que le pistolet qu'il tient dans la main est un jouet.

PS : Je tiens à demander aux Chinois de m'excuser. Je sais bien qu'ils ne sont pas des monstres. Quand dans ce texte je parle des "Chinois", c'est pour ne pas avoir à écrire à chaque fois "le parti communiste chinois", ou "l’armée de libération du peuple", ou encore "l'Assemblée nationale populaire, le Président et le Conseil des affaires de l'État de la République populaire de Chine". C'est un raccourci de langage, pas plus. Je ne vise absolument pas la population chinoise, qui, elle aussi, souffre des décisions de ses dirigeants.
Si vous avez des commentaires, questions, infos, l'adresse du compte facebook de Gendhun... n’hésitez pas !
La bise à tous mes éventuels lecteurs chinois, tibétains, et aux autres aussi.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Prologue parisien

"A la recherche des étoiles orientales" est un nouveau blog dans lequel je vais tenter de raconter mon voyage fait en 1995/1996, il y a 25 ans donc.
Entre 1993 et 1995 j'effectuais mon service civil dans un collectif d'associations à Paris. Bien vite j'ai eu envie de faire un grand voyage après ce long service imposé - les services civils duraient 2 fois plus longtemps que les services militaires (pour les plus jeunes : en France, le service était obligatoire pour tous les jeunes hommes jusqu'en 2001)... J'ai ouvert une carte du monde et j'ai cherché des pistes de voyage. En 1991-92, à 19 ans, j'avais déjà visité l'Inde, le Népal et un peu le Pakistan, je voulais donc aller ailleurs. Après quelques projets rejetés (l'Amérique du sud en motocyclette... je ne sais toujours pas conduire une moto, l'Afrique du Nord au Sud... peut-être pas évident en solo sans véhicule... la traversée des USA... bof, ça ne me tentait pas trop), mon choix s&#…

Episode 01 : la Turquie

Le 1er juillet 1995, je prends un bus au départ de Paris, à destination d'Istanbul, en Turquie. Le voyage dure 1 jour et demi :  descendre l'Italie jusqu'au bout de la "botte", à Brindisi, y prendre un ferry pour rejoindre, puis traverser, la Grèce, et enfin arriver le 3 juillet à la "Sublime Porte". Les premières heures en bus furent parmi les plus émouvantes de mon long voyage. En effet, lors d'un départ, on quitte sa maison, ses amis, sa famille, la petite routine quotidienne et on s’élance vers l'inconnu. Dans mon cas, je ne savais absolument pas quand j'allais retrouver tout cela. J'ai bien eu des petits moment de blues ensuite, mais jamais aussi forts que ce premier jour. Quand on est ailleurs, loin, il y a des centaines de choses à voir, des milliers de gens à rencontrer, des millions de souvenirs à enregistrer... mais dans les premières heures de ce voyage, j’étais seul, dans un bus de nuit, avec les phares des autres autos filan…

Episode 02 : l'Arménie

Ça n'a pas été facile d'aller en Arménie, en août 1995. Il m'a d'abord fallu convaincre l'employé de l'ambassade à Paris de m'accorder un visa. Il a tenté de me dissuader pendant 10 bonnes minutes (il n'y a pas de bus, pas de taxi, rien à manger...), avant de constater que je voulais vraiment y aller, et il m'a alors rempli mon passeport avec un grand sourire. Ensuite, sur le terrain, je n'ai pas pu passer directement de la Turquie à l'Arménie (comme je le raconte dans l’épisode 1). Je suis donc remonté jusqu'à la mer Noire. Je suis entré en Géorgie à Batoumi, puis j'ai pris un vieux bus jusqu'à Akhaltsikhé. J'ai dormi dans une maison en bois, rencontré Rubik (photo ci-dessus), un Arménien enrôlé dans l'armée russe pour aller s'interposer entre la Géorgie et la province sécessionniste d'Abkhazie - mais je vous parlerai de ce casse-tête caucasien dans le prochain épisode... Puis, le lendemain matin, je me dirigeai…

Episode 04 : l'Azerbaïdjan

Avant de vous parler de l’Azerbaïdjan, je vais évoquer rapidement le train Tbilissi / Bakou. C'est un vieux train soviétique, direct, avec un arrêt nocturne à la frontière, et passage en douane pour moi. Mais ce qui m'a le plus marqué, ce sont les multiples trous dans les wagons : des impacts de balles... C'est le Far-East. Cette nuit-là, notre train n'a pas été attaqué : ni rebelles tchétchènes, ni séparatistes géorgiens, ni méchants mafieux, rien, ... à part, pour moi, une tentative de racket des douaniers géorgiens.

L’Azerbaïdjan est très différent des ses voisins caucasiens, de par son histoire, sa culture, sa religion, sa langue, son alphabet... L’Arménie et la Géorgie sont des pays chrétiens, l’Azerbaïdjan est musulman (85% de chiites, le reste sunnites, et des miettes de russes orthodoxes), et ce depuis plus de 1000 ans. Le pays fit partie de l'Empire ottoman et en a gardé une langue, l'azéri, dont la plus proche est le turc de Turquie. Les deux langues…

Episode 05 : le Tukménistan

Avant de commencer ce nouvel épisode, comme elle n'est pas trop connue, je vous présente la nouvelle région que nous allons traverser dans les prochains numéros : l'Asie centrale. Autrefois appelée Turkestan, l'Asie centrale est une sous-région du continent asiatique, située à l’est de la mer Caspienne, à l’ouest de la Chine, et au nord de l'Iran et de l'Afghanistan, au centre de l'Asie quoi ;-).  C'est une vaste zone de steppes où le nomadisme fut le mode de vie le mieux adapté. La Route de la soie, favorisant les échanges de marchandises, techniques, idées, religions, traversait l’Asie centrale. Mais elle fut également maintes fois envahie, par exemple par Alexandre le Grand, les hordes de Gengis Khan et de ses successeurs, et dernièrement par les moissonneuses batteuses soviétiques. Ce n'est pas une blague malheureusement, l'URSS avait décidé que la région produirait des tonnes de coton, et pour irriguer ces champs dans le désert, la mer d'…

Episode 06 : l'Ouzbékistan

Comme tout voyage au long cours qui s’écrit, s'improvise, au fil du temps et des kilomètres, il y a parfois des passages difficiles. Et, le plus souvent, ils apparaissent aux frontières... Après avoir quitté le Turkménistan en train, je suis arrivé en Ouzbékistan. Jusque-là, c'est normal. Le problème c'est qu'il n'y avait pas d’arrêt à la frontière entre les 2 républiques, pas de douane, et que je n'avais pas de visa ouzbek. A l'arrivée, en gare de Boukhara, idem, pas un seul policier, ni bureau d'information. Cette question n'a été réglée qu'à Samarcande. L’hôtel dans lequel je dormais a fait son devoir et m'a signalé aux autorités. Au bout de 5 jours, deux policiers sont venus me chercher et m'ont amené au bureau local du tourisme ou des affaires étrangères, et j'ai expliqué mon cas. Le fonctionnaire qui m'a reçu m'a délivré un visa (contre paiement bien sûr), et raconté qu'habituellement les voyageurs arrivaient en av…

Episode 07 : le Kirghizstan et ++

миру мир ! ("mirou mir" - la paix dans le monde), tel est l’accueil que vous réserve la petite ville d'Och, au Kirghizstan. Mais avant de parler de ce bel exemple de propagande de l’Union Soviétique, voyons plutôt comment je suis arrivé ici.
Mi-octobre 1995, je suis à Samarcande, en Ouzbékistan, et en possession d'un visa me permettant de transiter dans toutes les républiques d'Asie centrale. Plutôt que de me rendre directement à Tachkent, la capitale, je décide de visiter un peu les environs, ou du moins ce qui n'est pas trop dangereux. Je rencontre de nombreux Afghans qui me déconseillent franchement d'aller dans leur beau pays, car il y a alors une guerre civile entre de nombreuses factions rivales, et un laisser-passer pour une région pourrait être source de problème dans la suivante. Un beau casse-tête, et certainement pas un endroit où faire du tourisme.
Je décide d'aller au Kirghizstan. Pour cela, je dois traverser un peu le nord du Tadjikis…

Episode 08 : la Chine (1ère partie)

Novembre 1995. Voici une de mes premières images de Chine, après le passage de la frontière avec le Kazakhstan : des paysans rentrent des champs avec leurs charrettes tirées par des ânes. Il faut souligner que cette simple frontière représente plus qu'une simple séparation géographique. Après plus de 3 mois passés dans les ruines du plus grand pays du monde, l'Union Soviétique (Caucase, Asie Centrale), je découvre le pays le plus peuplé : la Chine. C'est l'arrivée dans un autre monde : autres langue, histoire, culture, cuisine, population, régime politique, mode de pensée, fréquentation touristique, ... Tout y est différent.
Dans le prologue, je racontais mon choix d'apprendre le russe et non le mandarin. Ce choix fut le bon je pense, car en URSS le fait de parler anglais vous rendait suspect. Pourquoi parler la langue de l'ennemi, si ce n'est parce qu'on est un espion ? De plus, en parlant russe, je recevais un accueil encore plus chaleureux. Parfois …

Episode 03 : la Géorgie

Tbilissi, la capitale de la Géorgie, est un charmant petit village avec ses vieilles maisons en bois, ses vieilles voitures, ses vieilles traditions ... Bref, une ville avec une longue histoire comme je les aime. Oui, c'est une ancienne étape de la route de la soie, entre l'Asie Centrale et l'Asie Mineure (la Turquie). Bien que je ne sois resté que 29 jours (en août / septembre 1995), mon histoire avec la Géorgie est tellement longue que je ne vais vous en raconter que quelques petits morceaux choisis.

Voici une fresque murale peinte en hommage à Niko Pirosmanichvili, dit Pirosmani (1862-1918). Les plus cinéphiles connaissent peut-être le superbe film de Giorgi Shengelaya, réalisé en 1969 : "Pirosmani" (lien en VO sous-titré en anglais, cliquer dans la barre des réglages pour activer les sous-titres). Le film évoque la vie et l’œuvre de ce célèbre peintre "naïf" géorgien du XIXème siècle, Niko Pirosmani. Il échangeait sa peinture contre un repas. En 19…