Accéder au contenu principal

Prologue parisien


"A la recherche des étoiles orientales" est un nouveau blog dans lequel je vais tenter de raconter mon voyage fait en 1995/1996, il y a 25 ans donc.

Entre 1993 et 1995 j'effectuais mon service civil dans un collectif d'associations à Paris. Bien vite j'ai eu envie de faire un grand voyage après ce long service imposé - les services civils duraient 2 fois plus longtemps que les services militaires (pour les plus jeunes : en France, le service était obligatoire pour tous les jeunes hommes jusqu'en 2001)... J'ai ouvert une carte du monde et j'ai cherché des pistes de voyage. En 1991-92, à 19 ans, j'avais déjà visité l'Inde, le Népal et un peu le Pakistan, je voulais donc aller ailleurs. Après quelques projets rejetés (l'Amérique du sud en motocyclette... je ne sais toujours pas conduire une moto, l'Afrique du Nord au Sud... peut-être pas évident en solo sans véhicule... la traversée des USA... bof, ça ne me tentait pas trop), mon choix s'est porté sur la route de la soie, ou du moins une de ses routes à travers l'Asie Centrale. L'URSS était tombée quelques années avant, les pays s'étaient ouverts disait-on. A 23 ans, je décidais de tenter l'aventure.

Quel était le but de ce voyage ? En fait il y avait bien un objectif réel : rendre visite à une amie habitant en Estonie. Mais plutôt que d'y aller directement en 2 jours, je décidais d'en profiter pour visiter un peu le reste de l'Eurasie, d'aller le plus loin possible puis de revenir tranquillement. Ce voyage en solitaire était avant tout pour moi-même. Ce n’était pas un reportage (je ne suis pas journaliste), ni une exploration (je ne suis pas chercheur ou géographe), ni vraiment du tourisme (dans les ruines de l'Union soviétique ?), ni un échange culturel (je n'ai pas apporté beaucoup, j'ai surtout reçu), ni un voyage initiatique (j’étais déjà allé à Bénarès et Katmandou) ... Bref, c'était un voyage perso afin de découvrir de nouvelles cultures, peuples, traditions, modes de vie, ... mais aussi un voyage à travers l'histoire contemporaine : la décomposition de l'URSS, la transformation chinoise, la nouvelle Russie...

N'allez pas croire que je suis parti sur un coup de tête. J'ai patiemment économisé ma maigre solde, je me suis acheté un bon sac à dos (que j'utilise toujours), un sac de couchage résistant à des basses températures, des chaussures de randonnée... et surtout j'ai commencé à apprendre le russe un an avant le départ, en suivant des cours du soir, pour pouvoir parler un minimum, comprendre un peu et lire toutes les indications en cyrillique. C'était une bonne idée car à l'époque peu de personnes parlaient anglais dans ces pays (la langue de l'ennemi qui vous rendait suspect aux yeux du KGB). Non, je n'ai pas appris le mandarin alors que j'envisageais aussi d'aller en Chine - d'une part je pensais y rester moins longtemps, et d'autre part la Chine s'était ouverte aux visiteurs depuis plus longtemps, je me disais donc qu'il y aurait moins de problèmes pour y voyager.

Petit flash-back technologique : en 1995 Internet n'en était qu'à ses premiers balbutiements et les Français se servaient encore du minitel (une sorte d'annuaire, moteur de recherche, numérique assez basique, lent et moche). Personne (hormis quelques rares chercheurs, universitaires, informaticiens) n'utilisait d'email. Les téléphones n’étaient pas portables - oui, il y avait bien des téléphones satellitaires mais ils étaient très chers et  nécessitaient d’être accompagnés d'une valise pleine de batteries et relais radios de 15 kg ... Google ? Pour trouver un peu de renseignements sur, par exemple, le Turkménistan, il fallait consulter une encyclopédie rarement mise à jour dans une bibliothèque, pendant ses heures d'ouverture. On peut mesurer combien la situation a changé en 25 ans. Maintenant on peut savoir ce qui se passe à l'autre bout du monde quasiment en direct, assis à une terrasse de café, en regardant son téléphone... pour peu que l'on cherche à savoir bien sûr.


Voici les 2 seuls guides qui m'accompagneront durant tout le voyage : le premier sur l'URSS (en anglais USSR, en russe CCCP), le second sur le Nord-Est de l'Asie (je n'ai gardé que la partie sur la Chine). Comme vous le voyez, dès le départ il y a un problème : l'URSS (Union des républiques socialistes soviétiques pour les plus jeunes) s'est dissoute en décembre 1991. En 1995 il n'y avait toujours pas d'autre guide sur cette région que celui-là. Oui, il y en avait sur Moscou et St Petersbourg, mais rien d'autre sur le Caucase ou l'Asie Centrale. Ce n'est donc pas un voyage vers des zones inconnues, mais disons plutôt très méconnues. Quant à la Chine, le pays était ouvert au tourisme depuis quelques années, il n'y avait donc pas trop de craintes à avoir quant aux possibilités de le visiter.

Au départ de Paris, mon passeport ne contenait que 2 visas : Arménie et Géorgie. La Turquie délivrait un visa de 3 mois à l'entrée sur son territoire. Quant à la suite, la chasse aux visas se ferait sur le terrain, pays par pays, selon les cas (mais on y reviendra plus tard), et l'incertitude de ne pouvoir continuer plus loin, de trouver une frontière fermée, m'a longtemps accompagné.

Le but de ce blog ? Raconter une époque disparue, la transition historique entre deux périodes, raconter aux plus jeunes comment le monde était avant, et permettre de mesurer les énormes changements qui sont intervenus en 25 ans. Vous y trouverez de nombreuses photos (négatifs noir et blanc, diapos couleurs, scannés), quelques anecdotes, souvenirs et descriptions. Cet espace est aussi celui des échanges : si vous avez des commentaires, questions, infos, ... n’hésitez pas ! 

Dernière chose : le nom de ce blog est tout récent, je l'ai trouvé le mois dernier. Les étoiles dont il est question ici sont tout simplement celles présentes sur les drapeaux des pays (ou ex-pays) traversés : Turquie, URSS et Chine - deux sont (officiellement) communistes et le troisième musulman. Tous les 3 sur fond rouge. Décidément, l'Orient est rouge (hymne de la république populaire de Chine durant la révolution culturelle ;-).

A venir, bientôt, la première étape du voyage : la Turquie

Commentaires

  1. I was just surprised to see a lot of teenagers nowadays in Turkey wearing too short skirts and showing too much skin as women in that country aren't allowed to show as it would be a disgrace in their family.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Episode 01 : la Turquie

Le 1er juillet 1995, je prends un bus au départ de Paris, à destination d'Istanbul, en Turquie. Le voyage dure 1 jour et demi :  descendre l'Italie jusqu'au bout de la "botte", à Brindisi, y prendre un ferry pour rejoindre, puis traverser, la Grèce, et enfin arriver le 3 juillet à la "Sublime Porte". Les premières heures en bus furent parmi les plus émouvantes de mon long voyage. En effet, lors d'un départ, on quitte sa maison, ses amis, sa famille, la petite routine quotidienne et on s’élance vers l'inconnu. Dans mon cas, je ne savais absolument pas quand j'allais retrouver tout cela. J'ai bien eu des petits moment de blues ensuite, mais jamais aussi forts que ce premier jour. Quand on est ailleurs, loin, il y a des centaines de choses à voir, des milliers de gens à rencontrer, des millions de souvenirs à enregistrer... mais dans les premières heures de ce voyage, j’étais seul, dans un bus de nuit, avec les phares des autres autos filan…

Episode 02 : l'Arménie

Ça n'a pas été facile d'aller en Arménie, en août 1995. Il m'a d'abord fallu convaincre l'employé de l'ambassade à Paris de m'accorder un visa. Il a tenté de me dissuader pendant 10 bonnes minutes (il n'y a pas de bus, pas de taxi, rien à manger...), avant de constater que je voulais vraiment y aller, et il m'a alors rempli mon passeport avec un grand sourire. Ensuite, sur le terrain, je n'ai pas pu passer directement de la Turquie à l'Arménie (comme je le raconte dans l’épisode 1). Je suis donc remonté jusqu'à la mer Noire. Je suis entré en Géorgie à Batoumi, puis j'ai pris un vieux bus jusqu'à Akhaltsikhé. J'ai dormi dans une maison en bois, rencontré Rubik (photo ci-dessus), un Arménien enrôlé dans l'armée russe pour aller s'interposer entre la Géorgie et la province sécessionniste d'Abkhazie - mais je vous parlerai de ce casse-tête caucasien dans le prochain épisode... Puis, le lendemain matin, je me dirigeai…

Episode 04 : l'Azerbaïdjan

Avant de vous parler de l’Azerbaïdjan, je vais évoquer rapidement le train Tbilissi / Bakou. C'est un vieux train soviétique, direct, avec un arrêt nocturne à la frontière, et passage en douane pour moi. Mais ce qui m'a le plus marqué, ce sont les multiples trous dans les wagons : des impacts de balles... C'est le Far-East. Cette nuit-là, notre train n'a pas été attaqué : ni rebelles tchétchènes, ni séparatistes géorgiens, ni méchants mafieux, rien, ... à part, pour moi, une tentative de racket des douaniers géorgiens.

L’Azerbaïdjan est très différent des ses voisins caucasiens, de par son histoire, sa culture, sa religion, sa langue, son alphabet... L’Arménie et la Géorgie sont des pays chrétiens, l’Azerbaïdjan est musulman (85% de chiites, le reste sunnites, et des miettes de russes orthodoxes), et ce depuis plus de 1000 ans. Le pays fit partie de l'Empire ottoman et en a gardé une langue, l'azéri, dont la plus proche est le turc de Turquie. Les deux langues…

Episode 06 : l'Ouzbékistan

Comme tout voyage au long cours qui s’écrit, s'improvise, au fil du temps et des kilomètres, il y a parfois des passages difficiles. Et, le plus souvent, ils apparaissent aux frontières... Après avoir quitté le Turkménistan en train, je suis arrivé en Ouzbékistan. Jusque-là, c'est normal. Le problème c'est qu'il n'y avait pas d’arrêt à la frontière entre les 2 républiques, pas de douane, et que je n'avais pas de visa ouzbek. A l'arrivée, en gare de Boukhara, idem, pas un seul policier, ni bureau d'information. Cette question n'a été réglée qu'à Samarcande. L’hôtel dans lequel je dormais a fait son devoir et m'a signalé aux autorités. Au bout de 5 jours, deux policiers sont venus me chercher et m'ont amené au bureau local du tourisme ou des affaires étrangères, et j'ai expliqué mon cas. Le fonctionnaire qui m'a reçu m'a délivré un visa (contre paiement bien sûr), et raconté qu'habituellement les voyageurs arrivaient en av…

Episode 05 : le Tukménistan

Avant de commencer ce nouvel épisode, comme elle n'est pas trop connue, je vous présente la nouvelle région que nous allons traverser dans les prochains numéros : l'Asie centrale. Autrefois appelée Turkestan, l'Asie centrale est une sous-région du continent asiatique, située à l’est de la mer Caspienne, à l’ouest de la Chine, et au nord de l'Iran et de l'Afghanistan, au centre de l'Asie quoi ;-).  C'est une vaste zone de steppes où le nomadisme fut le mode de vie le mieux adapté. La Route de la soie, favorisant les échanges de marchandises, techniques, idées, religions, traversait l’Asie centrale. Mais elle fut également maintes fois envahie, par exemple par Alexandre le Grand, les hordes de Gengis Khan et de ses successeurs, et dernièrement par les moissonneuses batteuses soviétiques. Ce n'est pas une blague malheureusement, l'URSS avait décidé que la région produirait des tonnes de coton, et pour irriguer ces champs dans le désert, la mer d'…

Episode 07 : le Kirghizstan et ++

миру мир ! ("mirou mir" - la paix dans le monde), tel est l’accueil que vous réserve la petite ville d'Och, au Kirghizstan. Mais avant de parler de ce bel exemple de propagande de l’Union Soviétique, voyons plutôt comment je suis arrivé ici.
Mi-octobre 1995, je suis à Samarcande, en Ouzbékistan, et en possession d'un visa me permettant de transiter dans toutes les républiques d'Asie centrale. Plutôt que de me rendre directement à Tachkent, la capitale, je décide de visiter un peu les environs, ou du moins ce qui n'est pas trop dangereux. Je rencontre de nombreux Afghans qui me déconseillent franchement d'aller dans leur beau pays, car il y a alors une guerre civile entre de nombreuses factions rivales, et un laisser-passer pour une région pourrait être source de problème dans la suivante. Un beau casse-tête, et certainement pas un endroit où faire du tourisme.
Je décide d'aller au Kirghizstan. Pour cela, je dois traverser un peu le nord du Tadjikis…

Episode 08 : la Chine (1ère partie)

Novembre 1995. Voici une de mes premières images de Chine, après le passage de la frontière avec le Kazakhstan : des paysans rentrent des champs avec leurs charrettes tirées par des ânes. Il faut souligner que cette simple frontière représente plus qu'une simple séparation géographique. Après plus de 3 mois passés dans les ruines du plus grand pays du monde, l'Union Soviétique (Caucase, Asie Centrale), je découvre le pays le plus peuplé : la Chine. C'est l'arrivée dans un autre monde : autres langue, histoire, culture, cuisine, population, régime politique, mode de pensée, fréquentation touristique, ... Tout y est différent.
Dans le prologue, je racontais mon choix d'apprendre le russe et non le mandarin. Ce choix fut le bon je pense, car en URSS le fait de parler anglais vous rendait suspect. Pourquoi parler la langue de l'ennemi, si ce n'est parce qu'on est un espion ? De plus, en parlant russe, je recevais un accueil encore plus chaleureux. Parfois …

Episode 03 : la Géorgie

Tbilissi, la capitale de la Géorgie, est un charmant petit village avec ses vieilles maisons en bois, ses vieilles voitures, ses vieilles traditions ... Bref, une ville avec une longue histoire comme je les aime. Oui, c'est une ancienne étape de la route de la soie, entre l'Asie Centrale et l'Asie Mineure (la Turquie). Bien que je ne sois resté que 29 jours (en août / septembre 1995), mon histoire avec la Géorgie est tellement longue que je ne vais vous en raconter que quelques petits morceaux choisis.

Voici une fresque murale peinte en hommage à Niko Pirosmanichvili, dit Pirosmani (1862-1918). Les plus cinéphiles connaissent peut-être le superbe film de Giorgi Shengelaya, réalisé en 1969 : "Pirosmani" (lien en VO sous-titré en anglais, cliquer dans la barre des réglages pour activer les sous-titres). Le film évoque la vie et l’œuvre de ce célèbre peintre "naïf" géorgien du XIXème siècle, Niko Pirosmani. Il échangeait sa peinture contre un repas. En 19…