Accéder au contenu principal

Episode 11 : la Chine (2eme partie)

Vous êtes partants pour aller explorer les contreforts Est de l’Himalaya ? Je vous préviens, en 1995, c'est pas un voyage tout confort. Par contre, nous allons découvrir un nouvel aspect de la Chine, après les Ouïgours et le désert, les Tibétains et les Hauts plateaux, voici le monde rural et ses petits villages. En route !
Ci-dessus, nous sommes dans la province du Sichuan, entre Chengdu (la capitale) et la frontière avec le Tibet. Historiquement le Tibet ne se limitait pas à la région qui s'appelle aujourd'hui Tibet sur les cartes, mais couvrait une plus large superficie, 2 fois plus grande. Ici nous sommes historiquement et culturellement au Tibet.

Voici une statue de Mao Zedong (ou Mao Tsé-toung si vous avez plus de 40 ans), à Chengdu, devant le musée des sciences et technologies, sur une place qui se trouve juste au milieu de la ville. Comme vous le voyez, à l’époque (1995), il y avait de la lecture partout et des vélos. Aujourd'hui ils ont enlevé presque tous les slogans et les voitures ont remplacé les deux roues.

Un des nombreux convois de camions militaire que l'on croise sur toutes les routes de la région. A part ça, on peut rencontrer quelques autocars, des paysans sur des charrettes et des camions de matières premières que l'on extrait dans les montagnes, et des tonnes de troncs d'arbres :  ils coupent de façon méthodique, un versant après l'autre, puis la montagne suivante... et s’étonnent ensuite qu'il y ait des glissements de terrain.

OK, c'est des moines qui jouent au basket, et alors ? Ils ont bien le droit de s'amuser entre deux séances de méditation ? Le petit détail original, c'est que ce terrain est à Litang, un petit village à plus de 4700 m d'altitude. Vous jouez souvent au basket en haut du Mont-Blanc, vous ?
PS : la balle, qui se trouve dans le coin en haut à droite du rectangle intérieur du panneau, n'est pas rentrée cette fois-ci.

L'entrée d'un très bon petit restaurant qui n'existe sans doute plus... Comme c'est une question essentielle en voyage, je vais vous parler un peu de la nourriture. Dans un resto comme celui-ci, c'est souvent plat unique, on entre, on s'assoit et on est servi. L'idée c'est de regarder dans l’assiette du voisin et on demande la même chose si ça vous semble bon. Et de tenter votre chance si vous êtes le premier client...

Ici un groupe de personnes âgées doit se parler du bon vieux temps, de la Révolution, ou se raconter des blagues, dans un salon de thé. On peut croire que c'est facile, puisqu'on n'y boit que du thé, servi très chaud et sans sucre. Le goût va de celui de l'herbe bouillie à celui des algues. Si vous êtes chanceux (ou si vous demandez, ce qui n'est pas bête non plus), cela peut être jasmin. Par contre n'allez surtout pas demander un nuage de lait, ici on ne sert pas de "tea", mais du "tcha".

Un restaurant dans un marché. On mange sur un banc collectif, au milieu de la foule. Plats uniques, copieux et bon marché. Notez au passage les vêtements en toile, solides et résistants, parfaits pour aller travailler. Comme le disait Mao : "la révolution n'est pas un dîner de gala".

Autre marché : stand de brochettes. Ici on trouve de tout, et certaines choses restent pour moi non identifiées... du coup je me suis abstenu. Le principe : on désigne ce que l'on veut, et le nombre, et c'est immédiatement cuit dans la friture.

Ici on est dans la cuisine d'un petit relais routier perdu dans les montagnes. Comme je ne comprenais pas ce que me proposait le chef, il m'a fait signe de le suivre dans la cuisine, m'a montré des ingrédients disponibles (tomates, champignons, tofu, œufs, plantes étranges, ...), et je disais oui / non (you / mei you) et il a fait revenir tout ça dans son wok, servi avec un bol de riz. C’était excellent !

Voici le petit hameau (4 maisons, dont un gîte) où j'ai passé le réveillon de Noël 1995. Ce petit paradis tranquille se trouve sur un chemin de randonnée de 16 km (les gorges du Saut du tigre) qui longe les gorges du Yangzi Jiang (ancien Yang-Tsé-Kian - le "long fleuve", qui fait 6300 km de la source à l’océan). Nous somme dans le Yunnan, à 3900 m d’altitude, et le fleuve se trouve beaucoup plus bas, au fond de la gorge. Le chemin en terre est souvent très étroit et est parfois même éboulé. C'est donc assez risqué de le faire en solo... ce que j'ai fait bien entendu ;-).
J'ajoute, pour les promeneurs du dimanche qui vont me dire que 16 km, c'est rien : c'est vrai, mais n'oubliez pas que je portais aussi tous mes bagages et que le sentier est en altitude, ce n’était donc pas une balade les mains dans les poches. Mais quel calme, le soir venu, dans le refuge quasi désert. Le tigre est resté sagement sur l'autre rive.

Des enfants à la porte de leur maison dans un petit village du Yunnan (voir la carte en fin d'article). Contrairement aux Hans (92 % de la population chinoise), les membres de 55 autres minorités ethniques n’étaient pas concernés par la politique de l'enfant unique, et pouvaient donc avoir autant d'enfants qu'ils le désiraient. Le gouvernement a officiellement mis fin à cette politique de l'enfant unique en janvier 2016. Désormais tout les Chinois peuvent avoir 2 enfants.

La rue principale d'un petit village. Ce n'est pas la peine que je vous décrive la scène, je pense que la photo parle d'elle-même.

Image classique d'une Chine en mutation : les quartiers traditionnels ou populaires, avec des petites maisons individuelles, sont rasés, les habitants expulsés, parfois de force, pour laisser la place à de grands immeubles privés. Il faut bien loger toutes les personnes qui quittent leurs campagnes pour venir travailler en ville. La Chine a fait le choix de la production, du commerce et de l'exportation, donc elle applique son programme sans états d’âme : "du passé faisons table rase", même si c'est son patrimoine historique et culturel...

Guilin, province du Guangxi, est connue pour son paysage composé de milliers de petites montagnes en forme de bosses très pentues, des reliefs karstiques, caractéristiques de cette région. Ce paysage extraordinaire, presque surnaturel pour certains, est très apprécié des touristes.
Selon une ancienne légende, la mer avait jadis menacé la région. Un immortel, ému du sort des habitants, décida d'établir un barrage contre les eaux destructrices. Il déplaça les collines du nord de la Chine en les métamorphosant en chèvres noires, puis il conduisit cet immense troupeau vers Guilin. Lorsque les bêtes arrivèrent, un vent étrange se mit à souffler et les chèvres, une à une, reprirent leur forme originelle de collines.
Selon les géologues c'est juste le temps et l'érosion des massifs calcaires qui ont modelé des collines, des forêts de pierres, des réseaux de grottes... A vous de choisir la version que vous préférez.

Je retrouve le Yangzi à Wuhan, grande ville industrielle du centre de la Chine, et maintenant épicentre de la pandémie de Covid-19. On est début janvier 1996 et je m'embarque pour une croisière, descente du fleuve, jusqu'à son embouchure, en deux jours. Quand je dis croisière, n'allez pas vous imaginer que je suis sur le Queen Mary II. C'est juste une ligne régulière empruntée par des travailleurs, commerçants, étudiants... Croyez-moi, il n'y a rien de luxueux dans la petite cabine à 4 banquettes où l'on manque d'air. Par contre la vue sur les paysages depuis les passerelles est magnifique, et puis ça me change des trains et bus.
La suite sera à lire dans le prochain épisode.
 

N'oubliez pas que tout ce qui est écrit dans cette page est mon témoignage sur mon voyage fait en décembre 1995 / janvier 1996, et que certaines choses ont sans doute beaucoup changé depuis... C'est même sûr, c'est la Chine !
Si vous avez des commentaires, questions, infos, ... n’hésitez pas !
La bise à tous mes éventuels lecteurs chinois, et aux autres aussi.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Prologue parisien

"A la recherche des étoiles orientales" est un nouveau blog dans lequel je vais tenter de raconter mon voyage fait en 1995/1996, il y a 25 ans donc.
Entre 1993 et 1995 j'effectuais mon service civil dans un collectif d'associations à Paris. Bien vite j'ai eu envie de faire un grand voyage après ce long service imposé - les services civils duraient 2 fois plus longtemps que les services militaires (pour les plus jeunes : en France, le service était obligatoire pour tous les jeunes hommes jusqu'en 2001)... J'ai ouvert une carte du monde et j'ai cherché des pistes de voyage. En 1991-92, à 19 ans, j'avais déjà visité l'Inde, le Népal et un peu le Pakistan, je voulais donc aller ailleurs. Après quelques projets rejetés (l'Amérique du sud en motocyclette... je ne sais toujours pas conduire une moto, l'Afrique du Nord au Sud... peut-être pas évident en solo sans véhicule... la traversée des USA... bof, ça ne me tentait pas trop), mon choix s&#…

Episode 01 : la Turquie

Le 1er juillet 1995, je prends un bus au départ de Paris, à destination d'Istanbul, en Turquie. Le voyage dure 1 jour et demi :  descendre l'Italie jusqu'au bout de la "botte", à Brindisi, y prendre un ferry pour rejoindre, puis traverser, la Grèce, et enfin arriver le 3 juillet à la "Sublime Porte". Les premières heures en bus furent parmi les plus émouvantes de mon long voyage. En effet, lors d'un départ, on quitte sa maison, ses amis, sa famille, la petite routine quotidienne et on s’élance vers l'inconnu. Dans mon cas, je ne savais absolument pas quand j'allais retrouver tout cela. J'ai bien eu des petits moment de blues ensuite, mais jamais aussi forts que ce premier jour. Quand on est ailleurs, loin, il y a des centaines de choses à voir, des milliers de gens à rencontrer, des millions de souvenirs à enregistrer... mais dans les premières heures de ce voyage, j’étais seul, dans un bus de nuit, avec les phares des autres autos filan…

Episode 02 : l'Arménie

Ça n'a pas été facile d'aller en Arménie, en août 1995. Il m'a d'abord fallu convaincre l'employé de l'ambassade à Paris de m'accorder un visa. Il a tenté de me dissuader pendant 10 bonnes minutes (il n'y a pas de bus, pas de taxi, rien à manger...), avant de constater que je voulais vraiment y aller, et il m'a alors rempli mon passeport avec un grand sourire. Ensuite, sur le terrain, je n'ai pas pu passer directement de la Turquie à l'Arménie (comme je le raconte dans l’épisode 1). Je suis donc remonté jusqu'à la mer Noire. Je suis entré en Géorgie à Batoumi, puis j'ai pris un vieux bus jusqu'à Akhaltsikhé. J'ai dormi dans une maison en bois, rencontré Rubik (photo ci-dessus), un Arménien enrôlé dans l'armée russe pour aller s'interposer entre la Géorgie et la province sécessionniste d'Abkhazie - mais je vous parlerai de ce casse-tête caucasien dans le prochain épisode... Puis, le lendemain matin, je me dirigeai…

Episode 04 : l'Azerbaïdjan

Avant de vous parler de l’Azerbaïdjan, je vais évoquer rapidement le train Tbilissi / Bakou. C'est un vieux train soviétique, direct, avec un arrêt nocturne à la frontière, et passage en douane pour moi. Mais ce qui m'a le plus marqué, ce sont les multiples trous dans les wagons : des impacts de balles... C'est le Far-East. Cette nuit-là, notre train n'a pas été attaqué : ni rebelles tchétchènes, ni séparatistes géorgiens, ni méchants mafieux, rien, ... à part, pour moi, une tentative de racket des douaniers géorgiens.

L’Azerbaïdjan est très différent des ses voisins caucasiens, de par son histoire, sa culture, sa religion, sa langue, son alphabet... L’Arménie et la Géorgie sont des pays chrétiens, l’Azerbaïdjan est musulman (85% de chiites, le reste sunnites, et des miettes de russes orthodoxes), et ce depuis plus de 1000 ans. Le pays fit partie de l'Empire ottoman et en a gardé une langue, l'azéri, dont la plus proche est le turc de Turquie. Les deux langues…

Episode 05 : le Tukménistan

Avant de commencer ce nouvel épisode, comme elle n'est pas trop connue, je vous présente la nouvelle région que nous allons traverser dans les prochains numéros : l'Asie centrale. Autrefois appelée Turkestan, l'Asie centrale est une sous-région du continent asiatique, située à l’est de la mer Caspienne, à l’ouest de la Chine, et au nord de l'Iran et de l'Afghanistan, au centre de l'Asie quoi ;-).  C'est une vaste zone de steppes où le nomadisme fut le mode de vie le mieux adapté. La Route de la soie, favorisant les échanges de marchandises, techniques, idées, religions, traversait l’Asie centrale. Mais elle fut également maintes fois envahie, par exemple par Alexandre le Grand, les hordes de Gengis Khan et de ses successeurs, et dernièrement par les moissonneuses batteuses soviétiques. Ce n'est pas une blague malheureusement, l'URSS avait décidé que la région produirait des tonnes de coton, et pour irriguer ces champs dans le désert, la mer d'…

Episode 06 : l'Ouzbékistan

Comme tout voyage au long cours qui s’écrit, s'improvise, au fil du temps et des kilomètres, il y a parfois des passages difficiles. Et, le plus souvent, ils apparaissent aux frontières... Après avoir quitté le Turkménistan en train, je suis arrivé en Ouzbékistan. Jusque-là, c'est normal. Le problème c'est qu'il n'y avait pas d’arrêt à la frontière entre les 2 républiques, pas de douane, et que je n'avais pas de visa ouzbek. A l'arrivée, en gare de Boukhara, idem, pas un seul policier, ni bureau d'information. Cette question n'a été réglée qu'à Samarcande. L’hôtel dans lequel je dormais a fait son devoir et m'a signalé aux autorités. Au bout de 5 jours, deux policiers sont venus me chercher et m'ont amené au bureau local du tourisme ou des affaires étrangères, et j'ai expliqué mon cas. Le fonctionnaire qui m'a reçu m'a délivré un visa (contre paiement bien sûr), et raconté qu'habituellement les voyageurs arrivaient en av…

Episode 07 : le Kirghizstan et ++

миру мир ! ("mirou mir" - la paix dans le monde), tel est l’accueil que vous réserve la petite ville d'Och, au Kirghizstan. Mais avant de parler de ce bel exemple de propagande de l’Union Soviétique, voyons plutôt comment je suis arrivé ici.
Mi-octobre 1995, je suis à Samarcande, en Ouzbékistan, et en possession d'un visa me permettant de transiter dans toutes les républiques d'Asie centrale. Plutôt que de me rendre directement à Tachkent, la capitale, je décide de visiter un peu les environs, ou du moins ce qui n'est pas trop dangereux. Je rencontre de nombreux Afghans qui me déconseillent franchement d'aller dans leur beau pays, car il y a alors une guerre civile entre de nombreuses factions rivales, et un laisser-passer pour une région pourrait être source de problème dans la suivante. Un beau casse-tête, et certainement pas un endroit où faire du tourisme.
Je décide d'aller au Kirghizstan. Pour cela, je dois traverser un peu le nord du Tadjikis…

Episode 03 : la Géorgie

Tbilissi, la capitale de la Géorgie, est un charmant petit village avec ses vieilles maisons en bois, ses vieilles voitures, ses vieilles traditions ... Bref, une ville avec une longue histoire comme je les aime. Oui, c'est une ancienne étape de la route de la soie, entre l'Asie Centrale et l'Asie Mineure (la Turquie). Bien que je ne sois resté que 29 jours (en août / septembre 1995), mon histoire avec la Géorgie est tellement longue que je ne vais vous en raconter que quelques petits morceaux choisis.

Voici une fresque murale peinte en hommage à Niko Pirosmanichvili, dit Pirosmani (1862-1918). Les plus cinéphiles connaissent peut-être le superbe film de Giorgi Shengelaya, réalisé en 1969 : "Pirosmani" (lien en VO sous-titré en anglais, cliquer dans la barre des réglages pour activer les sous-titres). Le film évoque la vie et l’œuvre de ce célèbre peintre "naïf" géorgien du XIXème siècle, Niko Pirosmani. Il échangeait sa peinture contre un repas. En 19…

Episode 08 : la Chine (1ère partie)

Novembre 1995. Voici une de mes premières images de Chine, après le passage de la frontière avec le Kazakhstan : des paysans rentrent des champs avec leurs charrettes tirées par des ânes. Il faut souligner que cette simple frontière représente plus qu'une simple séparation géographique. Après plus de 3 mois passés dans les ruines du plus grand pays du monde, l'Union Soviétique (Caucase, Asie Centrale), je découvre le pays le plus peuplé : la Chine. C'est l'arrivée dans un autre monde : autres langue, histoire, culture, cuisine, population, régime politique, mode de pensée, fréquentation touristique, ... Tout y est différent.
Dans le prologue, je racontais mon choix d'apprendre le russe et non le mandarin. Ce choix fut le bon je pense, car en URSS le fait de parler anglais vous rendait suspect. Pourquoi parler la langue de l'ennemi, si ce n'est parce qu'on est un espion ? De plus, en parlant russe, je recevais un accueil encore plus chaleureux. Parfois …